Licence MIE

Forum de l'association des étudiants et anciens de la licence pro MIE de Montpellier


    Solaire photovoltaïque : les acteurs du secteur plaident pour un investissement d'avenir

    Partagez
    JPMONNY
    JPMONNY

    Messages : 181
    Localisation : SETE 34

    Solaire photovoltaïque : les acteurs du secteur plaident pour un investissement d'avenir

    Message  JPMONNY le Ven 28 Oct 2011 - 12:17

    Les participants des Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque (*)réunis ce jeudi 27 octobre 2011 ont livré leur vision commune du photovoltaïque en France, d’ici à 2020, avec un diagnostic et des propositions. Leur objectif : sensibiliser les pouvoirs publics et les citoyens aux enjeux et opportunités liés au développement du secteur.


    Le secteur du solaire photovoltaïque français s’est réuni pour ses Etats Généraux (EGS-PV). En souffrance depuis le moratoire sur les projets solaires décidé fin 2010 par le gouvernement, les acteurs se sont mobilisés pour dresser un état des lieux, donner un aperçu de l’avenir de la filière, et pour faire des propositions afin de développer cette énergie. Car le soleil brille pour les industriels du photovoltaïque au niveau mondial : le marché global et les capacités de production augmentent constamment pour répondre aux besoins d’énergie écologique. Le marché mondial du photovoltaïque représentera ainsi entre 24 et 44 GW en 2015 (soit un chiffre d’affaires de 50-80 Mrds €) pour atteindre entre 60 et 135 GW en 2020 (soit un CA de 80-120 Mrds €). La filière française souhaite donc profiter de cette manne.

    Les professionnels du secteur demandent donc une politique solaire ambitieuse en France. D’autant plus qu’à partir de 2016, la « parité réseau » sera obtenue sur une partie du territoire. C’est-à-dire que le coût du kW/h produit par l’énergie solaire deviendra sensiblement équivalent au coût du kW/h acheté. Et la généralisation des bâtiments neufs à énergie positive (BEPos) à l’horizon 2018-2020, fait que le photovoltaïque constituera un élément traditionnel dans la construction.

    De réels atouts, des obstacles importants
    Or si la France dispose de nombreux atouts, aux dires des participants à ces Etats Généraux, il existerait également des obstacles à dépasser. En effet, la France, terre d’excellence et d’innovation, possède de nombreux laboratoires de R&D, un tissu industriel existant, de grands groupes énergétiques d’envergure mondiale et une filière du bâtiment mobilisé. Malheureusement, l’instabilité réglementaire qui règne depuis 2007 (quatre arrêtés tarifaires en quelques années) n’a pas permis de déployer de véritable stratégie industrielle. Ainsi, malgré 100 millions d’euros investis pour la création d’une quinzaine d’usines et un secteur qui employait 25.000 personnes à son apogée, un mouvement de repli s’est déjà amorcé. Près de 10.000 emplois ont ainsi été perdus dernièrement. Germain Gouranton (TCE Solar) précise : « La réglementation d’amorçage n’est plus adaptée : la limitation des volumes, la fixation des tarifs, les appels d’offres au-delà des 100 kW… autant de barrières administratives qui pèsent sur le développement de projets solaires ».


    SER ©
    Afin d’inverser la tendance, les EGS-PV proposent un pacte de confiance, compréhensible par tous (assureurs, clients), afin d’encourager les investissements industriels et créer des emplois. L’objectif : atteindre les 100.000 salariés dans le secteur en 2020, dont 12.000 dans l’industrie. Pour y parvenir, Loïc de Poix (AIPF) prévient : « La nation a besoin de revoir son business plan. Il faut se remettre dans la compétition européenne en aménageant des mécanismes de soutien existants, afin de mettre en place un mécanisme de soutien stable. Il est par exemple nécessaire de relever à 20 GigaWatts l’objectif photovoltaïque pour 2020 » qui sont établis à 5,4 GW actuellement. Pour les tarifs d’achat, le président de l’AIPF poursuit : « Il faut les adapter de façon dynamique, les régionaliser et différencier ainsi les projets du Nord au Sud de la France qui ne présentent pas la même rentabilité. Il faut également intégrer un mécanisme de bonification de l’autoconsommation afin d’alléger la charge du CSPE (Contribution au Service Public d’Electricité) ».
    lire suite page 2


    (*) AIPF (Association des Industriels du Photovoltaïque Français), Apesi (Association des Producteurs d'Electricité Solaire Indépendants), Capeb (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), Cler (Comité de Liaison Energies Renouvelables), Enerplan (association professionnelle de l'énergie solaire), Epia (European Photovoltaic Industry Association), FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies), Gimelec (Groupement des Industries de l'Equipement électrique), GMPV-FFB (Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération Française du Bâtiment), Serce (Syndicat des Entreprises du Génie Electrique et Climatique), SER-Soler (Syndicat des Energies Renouvelables), Think tank France Territoire Solaire.

      La date/heure actuelle est Mar 22 Jan 2019 - 22:00