Licence MIE

Forum de l'association des étudiants et anciens de la licence pro MIE de Montpellier


    Des modèles innovants pour une électricité locale et renouvelable 1 dec 2011 Une leçon !!!

    Partagez
    avatar
    JPMONNY

    Messages : 181
    Localisation : SETE 34

    Des modèles innovants pour une électricité locale et renouvelable 1 dec 2011 Une leçon !!!

    Message  JPMONNY le Ven 2 Déc 2011 - 8:55


    La région Poitou-Charentes est partenaire d'un projet régional de parcs solaires de 60MW, sur la base d'un contrat d'approvisionnement de 30 ans, fondé sur un tarif initial inférieur au prix payé par les particuliers pour leur électricité.

    L'avenir de la transition énergétique est dans les territoires. La région Poitou-Charentes, sous la houlette de sa présidente Ségolène Royal, en est un exemple avec le lancement de ESTER, Electricité solaire des territoires, qui se veut premier dispositif durable pour le développement de l'énergie solaire sur les territoires. Il s'agit, selon ses promoteurs, d'un modèle unique, stipulant pour la première fois en Europe une vente de gré à gré d'électricité solaire à prix compétitif. "Une grande première mondiale !", s'enthousiasme Ségolène Royal.

    Pour ce faire, le projet mobilise la "biodiversité des compétences", selon les termes de la présidente de région : une collectivité locale, en l'occurrence la région Poitou-Charentes, qui soutient la filière photovoltaïque depuis 2008, un opérateur industriel, en l'occurrence l'entreprise Solairedirect, et Sorégies, entreprise locale d'électricité de la Vienne. Pour Ségolène Royal, ce dispositif a tous les avantages : "ESTER contribue à sauver la filière solaire, démontre que des synergies entre industrie, collectivité et énergéticien sont possibles, montre qu'un modèle décentralisé de production d'énergie est possible, et contribue à la maîtrise des prix de l'énergie".

    Le projet s'inscrit dans un double enjeu revendiqué par la région Poitou-Charentes. Enjeu écologique : tripler la production régionale d'énergie renouvelable d'ici 2020, en la portant à 26 % des consommations régionales d'énergie finale, en parallèle d'un objectif de réduction des consommations d'énergie de 20 %. Enjeu économique : miser sur les nouvelles filières vertes, sources de création d'activités et d'emplois, et maîtriser les prix de l'énergie à long terme pour améliorer la compétitivité des entreprises installées en région et dans l'intérêt des usagers.

    Le pari du mécanisme ESTER est de proposer la transition vers une électricité solaire au prix du marché, sans subvention. Ce qui apparaît comme un défi dans le contexte de la crise du solaire, marquée par des tarifs d'achat de l'électricité en baisse voire en disparition, et la perte d'attractivité corrélative des installations de production d'électricité en France. Or le mécanisme ESTER veut démontrer la possibilité de vendre de l'électricité solaire au prix du marché tout en étant économiquement viable : "A 108 € le MWh, c'est un tarif inférieur à celui payé par les particuliers. C'est spectaculaire et sécurisé sur 30 ans en termes de prix", souligne Ségolène Royal.

    Le calcul des parties prenantes est simple : la croissance des prix de gros de l'électricité se chiffre à 4,5 % par an. A partir de 2025, il sera donc plus rentable, pour un parc solaire installé en 2013, de vendre l'électricité sur le marché plutôt qu'au tarif de l'obligation d'achat de 108 €/Mwh. Les opérateurs tablent aussi sur la forte baisse des coûts de fabrication des modules photovoltaïques, et sur la hausse du coût de l'électricité produite par les énergies fossiles et nucléaire, aujourd'hui inéluctable. Bref, un kWh solaire est amené à devenir plus compétitif qu'un kWh traditionnel. Un prix plancher et un prix plafond sont mis en place permettant de garantir la « bancabilité » du projet et offrant aux énergéticiens une couverture contre une forte hausse des prix de l'électricité.

    L'énergie, une marchandise qui pourrait être un bien commun

    L'opérateur industriel Solairedirect peut également être rassuré par le fait que la région Poitou-Charente s'engage pour 30 ans à soutenir ce projet dans le cadre d'une société d'économie mixte, détenue à 65% par la Région et à 35% par Solairedirect. La Région a mis en place un Fonds énergie solaire régional, doté de 400 M€ et financé par la Banque européenne d'investissement et le Crédit agricole.

    La Région y trouve son compte, en tablant sur la sauvegarde et la création d'emplois locaux grâce à la construction et la mise en opération de parcs solaires, en majorité situés en Poitou-Charente, sur la base d'un objectif a minima de 30MWc d'ici 2016. Solairedirect devrait aussi relocaliser à Chatellerault une partie de sa production de modules photovoltaïques, pour l'heure située au Cap, en Afrique du Sud. "Le monde de l'énergie est un monde de commodité", analyse Thierry Lepercq, président de Solairedirect, "ça bascule au moment où vous êtes au prix".

    D'autres initiatives locales voient le jour, comme le projet Energie partagée investissement, agréé entreprise solidaire, où l'énergie est moins une « commodité » (c'est-à-dire une marchandise) qu'un bien commun ayant vocation à être géré en toute transparence par les citoyens eux-mêmes. C'est ainsi qu'Energie partagée promeut "une finance citoyenne pour les biens communs" afin de développer l'investissement citoyen dans les projets énergétiques. Cette pratique existe en Belgique, par exemple, où, grâce à la souscription de 2.000 parts à 100 €, 800 enfants regroupés dans la coopérative éthique « Allons en vent » ont pu devenir propriétaires d'une éolienne de 800 KW. En France, Energie partagée investissement espère financer la réhabilitation de micro-centrales hydrauliques en Haute-Marne, et participer au Parc éolien citoyen de Béganne, dans le Morbihan.

      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep 2018 - 15:41